Un jardin accueillant pour les pollinisateurs

bourdon

Le déclin du nombre d’espèces d’insectes est de plus en plus inquiétant. L’une des causes en est la raréfaction des milieux naturels. En ville et dans les espaces fortement urbanisés, les fleurs des parcs et des jardins constituent une source non négligeable de nourriture pour les pollinisateurs, pour autant que l’on soit attentif au choix des plantes utilisées.
Parmi les pollinisateurs, on cite souvent l’abeille domestique, qui produit du miel, mais il ne faut pas oublier les autres insectes qui visitent nos fleurs : les bourdons, les syrphes, les papillons et les abeilles dites « sauvages ». Voyons comment accueillir au mieux tout ce petit monde chez soi.

 

LES PRINCIPES ESSENTIELS

Voici cinq points indispensables à prendre en compte pour l’aménagement et l’entretien d’un jardin en faveur de nos pollinisateurs.

 

  • Bannissez les pesticides

Les produits insecticides sont à éviter, car ils ne sont pas uniquement toxiques pour les organismes ciblés. Même ceux autorisés en agriculture biologique (pyréthrines et acides gras, par exemple) ont un spectre d’action relativement large, ce qui n’est pas sans risque pour les insectes auxiliaires et les pollinisateurs.

  • Favorisez la diversité des fleurs

La diversité des fleurs et des arbustes mellifères indigènes ou d’origine exotique, voire même horticoles, ne manque pas pour offrir nectar et pollen aux pollinisateurs. L’important est de pouvoir offrir des fleurs de différentes familles botaniques (Ombellifères, Composées, Labiées, Légumineuses,…). Car, selon leur morphologie, les pollinisateurs préfèrent souvent une famille de plantes plutôt qu’une autre.

  • Allongez la période de floraison

Assurez-vous d’avoir des plantes dont les floraisons se succéderont au fil des saisons pour garantir un maximum de nourriture à nos pollinisateurs. Préférez les espèces qui fleurissent longtemps, comme l’achillée mille-feuille (juin à septembre).

  • Prévoyez des fleurs précoces et des tardives

Certaines périodes de l’année sont cruciales pour les pollinisateurs qui pourraient alors manquer de nourriture. Pensez aux fleurs à bulbes telles que le perce-neige et la jonquille, qui sortent à la fin de l’hiver. En automne, les insectes butineurs peuvent encore profiter des floraisons tardives du lierre et de la succise.

  • Offrez-leur des abris

Les pollinisateurs ont aussi besoin d’endroits accueillants pour nidifier, surtout dans les endroits qui manquent d’abris naturels. Vous pouvez fabriquer des abris à insectes à partir de tiges creuses, de bûches de bois percées ou bien encore opter pour l’achat d’un hôtel à insectes. Le plus aisé est de leur laisser des espaces naturels qui leur offriront des lieux de nidification : tas de bois, de pierres, sols nus, etc.

 

Pour vous inspirer, allez faire un tour sur le site www.abeillesetcompagnie.be ! et découvrez les réalisations faites au printemps dernier pendant la campagne annuelle.