Connaissez-vous les cochenilles ?

cochenilles

Aussi envahissantes et dommageables que les pucerons, les cochenilles se retrouvent sur les plantes d’intérieurs et sur certains arbres et arbustes tels que le tilleul, l’érable, l’hortensia,… Dans cet article, nous présenterons les principales cochenilles de nos régions.

Une cochenille est un insecte de type piqueur - suceur, comme les pucerons. Elle enfonce son appareil buccal en forme d’aiguille dans la plante et se nourrit de sa sève. Les piqûres nutritionnelles des cochenilles affaiblissent les plantes

De plus, la plupart des cochenilles produisent du miellat, substance sucrée et collante qui peut poser des soucis en coulant sur les voitures, les bancs publics et les terrasses. 
La présence de miellat favorise également le développement d’un champignon noir, la fumagine qui, outre son aspect inesthétique, limite la photosynthèse, en recouvrant les feuilles. 

En fonction de l’espèce, du stade d’évolution et de la saison, on retrouve les cochenilles sur les feuilles, les branches, les jeunes pousses, le tronc,… 
On peut classer les cochenilles en trois catégories : 

farineuses
cochenilles farineuses

 

  • Cochenilles farineuses

Ces cochenilles de couleur blanche, au corps mou, est appelée farineuse suite à la présence d’un amas floconneux autour des femelles. Cette substance farineuse sert à protéger les oeufs des prédateurs. Chez nous, on rencontre ce type de cochenilles le plus souvent sous serre ou en intérieur sur les plantes vertes et plus rarement sur les plantes annuelles (Pelargonium,…). 

 

  • Cochenilles à carapaces
coques
cochenilles à coques

Le corps des femelles est surmonté d’une coque protectrice. Celle-ci est brune, noire ou grise et plus ou moins souple. Elle est soit ovale et légèrement bombée, soit circulaire et globuleuse. Cette coque, liée à l’insecte, est recouverte d’une cire la protégeant de nombreuses agressions. 

Le mâle, peu représenté, ressemble à une petite guêpe. Les larves sont plus aplaties que les femelles. Leur carapace n’est pas encore totalement formée, ce qui les rend plus vulnérables. 
Les cochenilles se développant sur les arbres (magnolia, tilleul, cornouiller, orme, érable,…) sont le plus souvent des cochenilles à carapace dites pulvinaires. Au moment de la ponte, ces cochenilles développent un amas blanchâtre important. Celui-ci déborde, en soulevant la carapace.

 

  • Cochenilles à boucliers

Ces cochenilles s’attaquent à de nombreux arbres fruitiers et ornementaux : pommier, poirier, olivier, noyer,… mais ne produisent pas de miellat. L’espèce qui est responsable de dégâts dans les vergers est la cochenille virgule du pommier (Lepidosaphes ulmi). Cette cochenille est responsable des encroûtements sur les branches et les fruits. Elle provoque également un éclatement de l’écorce et un dessèchement des parties atteintes.

bouclier
Cochenilles à boucliers
 
Pour des conseils sur les moyens de lutte, consultez la page www.adalia.be/cochenilles