La tomate

La tomate est le légume le plus consommé au monde, juste après la pomme de terre. Il existe d’innombrables variétés de tomates de couleurs variées, de formes diverses et de goût différent. Elle égayera vos plats tout en contribuant à votre bonne santé ! La tomate est un légume indispensable au potager mais dont la culture peut se révéler capricieuse.

 

Conseils de culture :

Semis en février-mars, dans une terrine ou dans des petits pots, dans un endroit chaud et bien illuminé. Un appui de fenêtre orienté plein sud convient pour placer la terrine. Si les plants manquent de lumière ils risquent de filer, ce qui n’est pas désirable. Endurcir les plants (les laisser dehors quand il fait beau pendant 2-3 semaines, et les rentrer la nuit) avant de les repiquer à partir du 15 mai en serre ou sous un abri protégeant de la pluie. Les plants de tomates demandent un sol riche en matière organique

 

Cultures associées :

Le basilic se plaît au pied des plants de tomates qui lui font un peu d’ombre. En plus elles se marient très bien en cuisine.

 

Choix des variétés : 

Si on ne tient compte uniquement de la sensibilité aux maladies, le choix d’une variété de tomate peut s’orienter vers les variétés dites « résistantes » mais à qu’il faudrait appelés « moins sensibles ».

 

Principaux ennemis :

Le mildiou de la tomate est une maladie fongique qui se développe aussi sur les plantes de pommes de terre. Le mildiou se manifeste par des taches brunes sur les feuilles, les fruits et la tige, parfois dès la base. Il se développe entre 10 et 25°C lorsque la plante est couverte pendant plusieurs heures d’une fine pellicule d’eau. Si ces conditions persistent, le mildiou peut progresser de manière fulgurante et détruire les plantes en quelques jours. 

L’alternariose de la tomate est une maladie provoquée par un champignon aérien, disséminé par la pluie et le vent. Elle s’attaque à toutes les parties aériennes de la plante en commençant par les feuilles basses puis en remontant. Des taches noires et circulaires apparaissent sur les feuilles et s’agrandissent en cercles concentriques. Ces lésions peuvent entraîner, à la longue, la défoliation du plant.

La noctuelle de la tomate est un papillon de nuit dont la chenille est un des ravageurs importants de cette culture. Les chenilles perforent les fruits, en laissant des déjections derrière elles. Les fruits attaqués sont exposés à des pourritures. 

Les aleurodes sont des insectes souvent présents sur les légumes cultivés sous une serre, notamment les tomates. Très prolifiques, ils piquent les tissus des plantes mais peuvent également transmettre des maladies. Les fruits infestés sont petits et souillés par le miellat et la fumagine. Si l’infestation se propage, la plante finit par se décolorer et se dessèche. 

 

Moyens de lutte contre les maladies :

  • Retirer les résidus de cultures précédentes laissés au sol.
  • Arrosez au pied en évitant de mouiller la tige et le feuillage. Evitez d’arroser le soir.
  • Cultivez les tomates sous un abri très aéré, avec le fond et les côtés ouverts.
  • Aérez et espacez suffisamment les rangs et les plantes sur les rangs. 
  • Enlevez et évacuez les parties touchées dès leur apparition.
  • Un traitement préventif avec une solution contenant du cuivre peut être envisagé en cas de conditions favorables à la maladie dès le printemps.

 

Moyens de lutte contre les ravageurs :

  • Evitez les excès de fumure azotée, qui favorise les pousses tendres et attire les insectes ravageurs.
  • Sous serre, installez des filets anti-insectes à mailles fines au niveau des ouvertures.
  • Contre les aleurodes, installez des plaquettes jaunes englués pour les piéger. 
  • Lors de la détection des premières attaques vous pouvez lâcher des insectes auxiliaires commandés en jardinerie.
  • Certaines espèces de papillons noctuelles peuvent être capturées grâce à un piège à phéromones. A installer avant les premiers vols au printemps. 
  • Ecrasez les chenilles de noctuelles quand vous les voyez.
  • En dernier recours, utilisez une solution insecticide à base de savon ou d’huile pour éliminer les aleurodes (et pucerons). Soyez attentif à ne pas toucher d’auxiliaires !